en
Scientific article
French

Des garçons “ immatures ” et des filles “ qui aiment ça ” ? La violence de genre révélatrice d'une mixité scolaire impensée

ContributorsCollet, Isabelleorcid
Published inRecherches et éducations, no. 9, p. 27-41
Publication date2013
Abstract

Quand la mixité s'installe dans les années 1960, on imagine qu'elle va permettre de neutraliser la différence entre les sexes. Aujourd'hui, les établissements scolaires se désengagent de la gestion de la mixité, laissant certains élèves gérer eux-mêmes les rapports sociaux de sexe au moyen de la violence de genre. Portée-s par une culture juvénile hyper-sexualisée et codifiée, laissé-e-s seul-e-s face aux normes du genre, les adolescent-e-s de notre recherche deviennent dans leur établissement scolaire des gardien-ne-s du genre. Prétextant l'immaturité, des garçons s'attachent à ne pas éprouver d'empathie envers les filles et les garçons jugés féminins afin de pouvoir exercer à leur dépend une violence qui attestera de leur virilité. Pour éviter d'être soupçonnées d'immoralité, les filles partagent avec les garçons le rejet des filles qui ont des « réputations ». Seule une mixité réfléchie, travaillée en classe, offrant un cadre contrôlé et sécurisant peut autoriser des comportements moins normés, ouvre le débat entre garçons et filles et permet de recréer le lien d'empathie nécessaire pour aller à la rencontre de l'autre.

Keywords
  • Genre
  • Violence scolaire
  • Mixité
Citation (ISO format)
COLLET, Isabelle. Des garçons “ immatures ” et des filles “ qui aiment ça ” ? La violence de genre révélatrice d’une mixité scolaire impensée. In: Recherches et éducations, 2013, n° 9, p. 27–41.
Main files (1)
Article (Published version)
accessLevelRestricted
Identifiers
  • PID : unige:30069
843views
24downloads

Technical informations

Creation09/25/2013 7:26:00 PM
First validation09/25/2013 7:26:00 PM
Update time03/14/2023 8:31:38 PM
Status update03/14/2023 8:31:38 PM
Last indexation05/02/2024 1:21:18 PM
All rights reserved by Archive ouverte UNIGE and the University of GenevaunigeBlack