UNIGE document Master
previous document  unige:18597  next document
add to browser collection
Title

Modulation de l'attention émotionnelle chez les femmes par l'androstadiénone

Author
Directors
Denomination Travail de maîtrise universitaire en biologie
Defense Maîtrise : Univ. Genève, 2012
Abstract La survie de nombreuses espèces dépend de leur capacité à percevoir les informations transmises par les molécules présentes dans leur environnement. Chez les mammifères, ce sont principalement les sens du goût et de l’odorat qui permettent d‘interpréter cette forme de communication. La majorité des informations olfactives sont traité par le système olfactif principal et le système olfactif voméronasal. Au sein des molécules sécrétées par les organismes dans l’environnement, certaines possèdent un statut particulier : ce sont les phéromones. Chez l’animal, leur perception déclenche un ensemble de comportements spécifiques sociaux ou modifications biologiques parmi lesquels : la faculté de trouver un congénère chez le ver à soie, le comportement de la tétée chez le lapereau ou l’avortement spontané chez les femelles souris. Chez l’Homme, l’organe voméronasal, spécialisé dans la reconnaissance des phéromones, n’est pas fonctionnel à l’état d’adulte. Ainsi, l’être humain est souvent supposé ne pas être capable de répondre à ces phéromones. Cependant, plusieurs découvertes récentes prouvent que ces molécules peuvent être détecté par le système olfactif principal. Il a été démontré que l’olfaction joue un rôle dans la communication sociale inconsciente. La sueur a été identifiée en tant que substrat de cette communication. Il est difficile de déterminer quelles molécules sont responsables de ce phénomène, la sueur est, en effet, un mélange extrêmement complexe de molécules. Cependant, ces dernières décennies, des études ont mis en évidence le fait que l’androstadiénone (AND), une molécule dérivée de la testostérone présente dans la sueur, produisait des effets variés d’une manière spécifique selon le sexe. Parmi les effets qui pourraient être spécifiques à l’androstadiénone, des études récentes montrent que cette molécule peut préparer le cerveau à recevoir des stimulations visuelles émotionnelles. Une autre étude a montré les images de natures émotionnelles capturaient davantage l’attention des participants que les images émotionnellement neutres. Le premier objectif de ce travail de master a été d’évaluer si l’inhalation de l’AND peut moduler la capture d’attention visuelle selon la nature émotionnelle d’une image. Le second est d’observer s’il existe une différence de modulation entre les participants masculins et féminins. Nous avons trouvé une efficacité (justesse et rapidité) des réponses des participants et des activations précoces du cortex visuel significativement différentes lorsque l’attention émotionnelle était bien orientée. Nous avons également observé que l’inhalation de l’AND combinée à la présentation de stimuli émotionnels produisait un effet sur le cortex visuel spécifique selon le sexe du participant. Nous concluons donc que l’inhalation de l’AND accompagnée d’une stimulation visuelle émotionnelle pourrait moduler l’attention des participantes.
Keywords ANDAndrostadiénoneAttention émotionnelleEEGPotentiels évoquésDimorphisme sexuelOlfactionSeuil de perception
Full text
Master (1.8 MB) - public document Free access
Structures
Research group Emergence et expression de l'émotion (E3 Lab)
Citation
(ISO format)
ISCHER, Matthieu. Modulation de l'attention émotionnelle chez les femmes par l'androstadiénone. Université de Genève. Maîtrise, 2012. https://archive-ouverte.unige.ch/unige:18597

649 hits

385 downloads

Update

Deposited on : 2012-03-02

Export document
Format :
Citation style :