en
Master
French

L'effet de la biologisation des différences intergroupes sur les attitudes envers l'homosexualité : La religiosité comme vecteur de préjugés sexuels

Master program titleMaîtrise universitaire en psychologie
Defense date2019
Abstract

La perspective selon laquelle l'orientation sexuelle serait déterminée biologiquement, et ne serait donc pas un choix, est communément perçue comme un argument permettant de lutter contre les discriminations. C'est une conception qui, en psychologie sociale, est soutenue par la théorie de l'attribution. Cependant, cette perspective pourrait au contraire accentuer les préjugés lorsqu'elle est mobilisée par des individus ayant des attitudes hétérosexistes. La présente étude explore les effets d'une manipulation de la théorie biologique de l'orientation sexuelle sur les attitudes envers l'homosexualité en fonction du degré de religiosité. 286 personnes hétérosexuelles répondirent à un questionnaire et furent assignées à 3 conditions manipulant l'origine biologique de l'orientation sexuelle (différence, similarité et contrôle). Les résultats montrent qu'en effet, dans la condition de différence biologique, plus les sujets avaient une religiosité élevée, plus leur attitude envers l'homosexualité était négative. Les implications de ces résultats sont ensuite discutées à l'aune de la théorie attributionniste.

fre
Citation (ISO format)
PESTALOZZI, Emily Carla. L’effet de la biologisation des différences intergroupes sur les attitudes envers l’homosexualité : La religiosité comme vecteur de préjugés sexuels. 2019.
Main files (1)
Master thesis
accessLevelPrivate
Identifiers
  • PID : unige:124412
50views
0downloads

Technical informations

Creation10/15/2019 4:21:00 PM
First validation10/15/2019 4:21:00 PM
Update time03/15/2023 6:10:50 PM
Status update03/15/2023 6:10:49 PM
Last indexation01/29/2024 10:00:18 PM
All rights reserved by Archive ouverte UNIGE and the University of GenevaunigeBlack