UNIGE document Report
previous document  unige:81888  next document
add to browser collection
Title

Etude biogéochimique des inhumés de Saint-Martin-de-Corléans (Aoste): analyse des isotopes stables du strontium, de l’oxygène et du carbone

Author
Year 2016
Description 31 p.
Abstract Les signatures isotopiques squelettiques s’avèrent un bon outil dans la restitution de l’histoire des populations anciennes. L’abondance naturelle des différents isotopes dans les aliments ou l’eau ingérés varie selon l’environnement dans lequel ils sont produits (Chenery et al. 2010). Les signatures isotopiques sont ainsi enregistrées dans les tissus du squelette pendant sa croissance et son remodelage à travers la chaîne alimentaire. Ces signatures peuvent donc servir d’indicateurs des aires géologiques dans lesquelles un individu a vécu. L’os subit un remplacement continuel de ses fractions inorganiques, c’est pourquoi les mesures de la composition isotopique osseuse reflètent les dernières années de vie d’un individu. Ces éléments vont également s’incorporer dans la fraction minérale des dents durant toute la formation de la dentition. Puis, après l’éruption des dents, contrairement à l’os, la composition chimique de l’émail ne subit que très peu de modifications (About et al. 2000, Budd et al. 2000). Elle reflète donc les conditions extérieures au moment de sa formation et, par conséquent, les premières années de la vie d’un individu. Ainsi, les taux de compositions isotopiques entre les os et les dents permettent de refléter les changements dans l’histoire de résidence d’un individu (Price 2000). Les analyses des isotopes stables des vestiges humains sont essentiellement employées pour traiter non seulement de l’histoire de résidence (ou la mobilité) des populations anciennes, mais également pour restituer leur alimentation (Beard et Johnson 2000, Balasse 2002...). Notre objectif, ici, est de discuter de l’histoire de résidence des inhumés de la nécropole de Saint- Martin-de-Corléans. La mesure de la composition isotopique de deux éléments chimiques sont fréquemment employés pour aborder ces questions : le strontium et l’oxygène (Price 1989, 2000, Brown et Brown 2011...). Si pendant longtemps les études se sont contentées de l’analyse de l’un de deux de ces éléments, aujourd’hui un certain nombre d’études les combine afin de mieux cerner l’origine locale ou exogène des individus inhumés au sein d’une même aire funéraire (Müller et al. 2003, Evans et al. 2006, Chenery et al. 2010, Knipper et Alt 2015...). Ainsi pour discuter de la mobilité des inhumés de Saint-Martin-de-Corléans, nous nous intéresserons principalement à ces deux éléments chimiques et à leurs signatures isotopiques. Nous bénéficierons aussi des valeurs du carbone, lesquelles sont obtenues lors des mesures de l’oxygène.
Keywords ArchéologiePréhistoireCampaniformeBiogéochimie isotopiqueAosteItalieCarboneOxygèneStronium
Full text
Report (Author postprint) (1.6 MB) - document accessible for UNIGE members only Limited access to UNIGE
Structures
Research group Laboratory of Prehistoric Archeology and Anthropology
Citation
(ISO format)
DESIDERI, Jocelyne. Etude biogéochimique des inhumés de Saint-Martin-de-Corléans (Aoste): analyse des isotopes stables du strontium, de l’oxygène et du carbone. 2016 https://archive-ouverte.unige.ch/unige:81888

218 hits

11 downloads

Update

Deposited on : 2016-03-15

Export document
Format :
Citation style :