en
Scientific article
Open access
French

De la nature aux images de la nature

ContributorsRaffestin, Claude
Published inEspaces et sociétés, no. 82-83, p. 37-52
Publication date1996
Abstract

Les sociétés ne connaissent la nature qu'à travers l'idée qu'elles se font de son utilisation. Il n'y a pas de connaissance pure de la nature mais une connaissance définie par ce qu'on cherche à en tirer. Il n'y a donc pas de description de la nature mais une construction d'images de la nature en fonction d'une culture. L'arraisonnement de la nature comme disait Heidegger a pour objectif une utilisation. Les sociétés déclenchent deux processus pour utiliser, et donc connaître de leur point de vue, la nature : à savoir la domestication et la simulation. Le processus de domestication part d'une échelle 1/1 pour découper des images de la nature à l'échelle 1/n (n étant plus grand que 1). Il en résulte des hypertrophies ou des atrophies. En somme, par la domestication, les sociétés caricaturent la nature donnée et produisent une nouvelle nature, un modèle en quelque sorte adapté à leurs besoins. Par la simulation, à l'inverse, elles partent d'éléments pour créer des images 1/n qui sont développées jusqu'à l'échelle 1/1. Alors que jusqu'au XVIIIe siècle, la domestication a été le processus le plus courant, c'est aujourd'hui le processus de simulation qui semble l'emporter. Ainsi de plus en plus, les hommes cherchent à faire coïncider l'idée qu'ils se font de la nature avec celle qu'ils créent par la simulation.

Research group
Citation (ISO format)
RAFFESTIN, Claude. De la nature aux images de la nature. In: Espaces et sociétés, 1996, n° 82-83, p. 37–52.
Main files (1)
Article (Published version)
accessLevelPublic
Identifiers
  • PID : unige:4384
ISSN of the journal0014-0481
825views
490downloads

Technical informations

Creation11/30/2009 3:09:47 PM
First validation11/30/2009 3:09:47 PM
Update time03/14/2023 3:18:38 PM
Status update03/14/2023 3:18:38 PM
Last indexation01/15/2024 7:18:20 PM
All rights reserved by Archive ouverte UNIGE and the University of GenevaunigeBlack