UNIGE document Master
previous document  unige:18637  next document
add to browser collection
Title

Systématique et phylogénie de quelques genres d'Hymenolepidinae (Cestoda) de Passeriformes

Author
Director
Defense Maîtrise : Univ. Genève, 2012
Abstract Dans ce travail, nous avons confronté la classification classique de plusieurs genres d’Hymenolepidinae de Passeriformes avec les résultats obtenus par phylogénie moléculaire. Les spécimens utilisés pour l’étude ont été extraits d’oiseaux capturés lors de plusieurs missions menées par le Prof. Jean Mariaux au Chili, au Gabon, en Iran et en Malaisie. De plus, nous avons conduit une mission en Côte d’Ivoire spécialement pour ce travail. Elle nous a permis de récolter cent vingt passereaux dont septante-six étaient parasités. Quatre Hymenolepidinae ivoiriens ont pu être utilisés pour notre étude, portant le total des échantillons disponibles dans ce travail à quatorze. Chaque cestode a été identifié sur la base de ses caractères morphologiques et anatomiques. L’ADN de deux de leurs gènes a été séquencé pour les études moléculaires, le lsrDNA et le nad1. Les arbres phylogénétiques obtenus par la méthode du maximum de parcimonie, du maximum de vraisemblance ainsi que par l’inférence bayésienne nous ont permis de proposer quatre hypothèses évolutives chez le genre Passerilepis Spassky & Spasskaja, 1954. La première hypothèse, confortée par un test de topologie, considère le groupe Passerilepis comme monophylétique. La deuxième hypothèse, soutenue par la présence d’un Staphylepis Spassky & Oshmarin, 1954 au sein même du groupe formé par les Passerilepis, remet en cause le caractère monophylétique du genre. La troisième hypothèse soutient l’aspect monophylétique en considérant une espèce attribuée à Passerilepis comme appartenant en réalité à un nouveau genre. La quatrième hypothèse suppose une extension de la définition de Passerilepis qui engloberait une espèce de Staphylepis pour former un nouveau genre monophylétique. Chez Echinocotyle Blanchard, 1891, notre travail conforte la classification communément admise en ne remettant pas en cause l’appartenance de E. dolosa Joyeux, Gendre & Baer, 1928 au genre Echinocotyle, malgré sa position systématique insolite au milieu de parasites d’oiseaux aquatiques. D’autre part, Mariaux (1991) avait découvert une particularité anatomique chez cette espèce au niveau de l’organisation de l’atrium génital. Nous avons étudié deux groupes de spécimens présentant ces différences et il n’a pas été possible de les confondre par des tests phylogénétiques moléculaires.
Keywords SystématiquePhylogénieCestodeCôte d'IvoireHymenolepidinaeHymenolepididae
Full text
Master (4.8 MB) - document accessible for UNIGE members only Limited access to UNIGE
Structures
Citation
(ISO format)
WIDMER, Vincent. Systématique et phylogénie de quelques genres d'Hymenolepidinae (Cestoda) de Passeriformes. Université de Genève. Maîtrise, 2012. https://archive-ouverte.unige.ch/unige:18637

226 hits

20 downloads

Update

Deposited on : 2012-03-05

Export document
Format :
Citation style :