en
Doctoral thesis
French

L'influence des muscles masticateurs sur les caractéristiques mandibulaires et les traitements des malocclusions Classe II

ContributorsTentolouri, Eirini
Number of pages65
Imprimatur date2022-09-13
Defense date2022-04-14
Abstract

Objectifs: Étudier si la capacité du muscle masséter affecte les résultats du traitement chez les patients qui présentent une malocclusion de classe II division 1 traitée par diverses approches et examiner l’association entre l’épaisseur du muscle masséter et les variables céphalométriques verticales, y compris l’angle goniaque, dans un groupe homogène d’enfants avec une malocclusion de Classe II en phase de croissance. Matériaux et méthodes: Un échantillon rétrospectif de 211 enfants en croissance présentant une malocclusion de classe II, âgés de 6 à 15 ans, provenant de deux centres, a été examiné. Les mesures ultrasonographiques de l'épaisseur du muscle masséter et les variables céphalométriques verticales, y compris l'angle goniaque, ont été évaluées avant tout traitement orthodontique n'ait été effectué. Résultats: Tous les enfants traités ont montré une amélioration sagittale dentoalvéolaire pendant le traitement. Chez les enfants traités avec des appareils fixes et une traction extra-orale et/ou des élastiques intermaxillaires, aucune association n'a été trouvée entre l'épaisseur du muscle masséter avant le traitement ou l'angle goniaque et les résultats du traitement. Les enfants traités avec des appareils fonctionnels ont cependant montré une association négative entre l'épaisseur du muscle masséter et la mésialisation de la première molaire mandibulaire et la distalisation des molaires maxillaires pendant la phase fonctionnelle du traitement. Une association positive a également été trouvée entre l'angle goniaque avant traitement et la rétroclinaison des incisives maxillaires et la proclinaison des incisives mandibulaires pendant la phase fonctionnelle du traitement. Ces associations n'ont cependant pas été maintenues à la fin du traitement en deux phases, même dans ce groupe. Dans l'échantillon complet, l'épaisseur des muscles masséters avant le traitement était corrélé avec certaines variables céphalométriques. Les enfants ayant des muscles masséters plus épais avaient des angles intermaxillaires et goniaques significativement plus petits. Conclusions: Chez les enfants présentant une malocclusion de classe II division 1 traités par des moyens autres que des appareils fonctionnels, le résultat du traitement n'est pas associé à l'épaisseur du masséter. Les résultats du traitement par appareils fonctionnels peuvent être en partie déterminés par les muscles masticateurs. Pendant le traitement fonctionnel, les enfants dont le système masticatoire est plus faible, présentent une meilleure compensation dentoalvéolaire. Cette compensation n'est toutefois pas maintenue pendant la deuxième phase du traitement fixe. Vu la difficulté à réaliser des mesures de l’épaisseur des muscles masséter dans un cabinet orthodontique, nous proposons l’utilisation des variables verticales céphalométriques comme l’angle intermaxillaire ou l’angle goniaque pour estimer la capacité fonctionnelle des muscles, car chez les enfants en phase de croissance ayant une malocclusion de classe II, l’épaisseur des muscles masséters est associé aux angles intermaxillaires et goniaques.

fre
Citation (ISO format)
TENTOLOURI, Eirini. L’influence des muscles masticateurs sur les caractéristiques mandibulaires et les traitements des malocclusions Classe II. 2022. doi: 10.13097/archive-ouverte/unige:165523
Main files (1)
Thesis
accessLevelRestricted
Secondary files (2)
Identifiers
191views
17downloads

Technical informations

Creation10/21/2022 8:54:00 PM
First validation10/21/2022 8:54:00 PM
Update time03/16/2023 10:09:47 AM
Status update03/16/2023 10:09:44 AM
Last indexation02/01/2024 9:15:46 AM
All rights reserved by Archive ouverte UNIGE and the University of GenevaunigeBlack