en
Working paper
Open access
French

Durabilité de l'alimentation: pour la santé humaine et planétaire. Projet de sensibilisation dans un restaurant d'entreprise

Publication date2018
Abstract

L'humanité est désormais soumise au défi de nourrir actuellement 7.5 milliards, et bientôt probablement 10 milliards d'habitants (en 2050), tout en diminuant la production de gaz à effets de serre. On peut identifier 3 pistes pour répondre à ce défi : 1. Améliorer la technique de production 2. Diminuer le gaspillage 3. Changer la diète et diminuer la consommation de produits animaux Il semble que l'option 3 soit la plus efficace et surtout la plus réaliste et la plus rapide pour réduire significativement la production de gaz à effets de serre. La FAO projette une augmentation des besoins alimentaires de 70 à 100% pour 2050. Sachant que la conversion énergétique des plantes vers les animaux n'est que de 10% et qu'un tiers des céréales produites dans le monde servent à nourrir le bétail, il est assez simple de calculer que de diminuer la consommation d'animaux aura pour conséquence d'avoir plus d'aliments à disposition pour nourrir la population humaine, sans augmenter la production actuelle. La consommation de bœuf représente 15% de la diète mais 80% de l'utilisation des terres arables. Selon une étude évaluant un scénario hypothétique d'arrêt complet de la consommation de produits d'origine animale, on pourrait nourrir la population avec moins de terres qu'actuellement utilisée, ce qui permettrait la reforestation et une réduction considérable des gaz à effets de serre, permettant même de mitiger le changement climatique. De façon plus réaliste, l'instauration d'une taxe carbone sur certains aliments pourrait permettre une réduction des gaz à effet de serre de 20%. De plus, ce principe du consommateur-payeur appliqué à l'alimentation par l'effet de l'introduction d'une taxe sur les produits d'origine animale, permettrait également d'obtenir une diminution de l'ordre de 25% de la mortalité cardio-vasculaire chez les hommes et les femmes d'âge moyen (45-64 ans), ce qui a d'ores et déjà été démontré en Pologne dans les deux décennies qui ont suivi une diminution des subventions sur les produit animaux, faisant augmenter leur prix et donc chuter leur consommation de 23 % et augmenter celle des fruits et légumes de 48%. Des scenarios de diminution de la consommation de viande de bœuf en Italie ont montré des impacts positifs tant sur l'apparition de cancers colo-rectaux que sur la mortalité cardio-vasculaire, mais aussi une réduction de gaz à effet de serre de l'ordre de 30%. Les choix politiques et les autorités médicales auront donc un grand rôle dans l'instauration de recommandations nutritionnelles : il faudra désormais apprendre à tenir compte de l'impact climatique des choix diététiques et non plus seulement de l'impact sur la santé individuelle et publique.

Keywords
  • Alimentation
  • Production de gaz à effet de serre
  • Impact sur le climat
  • Santé publique
  • Diabète
  • Maladies cardio-vasculaires
  • Changement de type d'alimentation
  • Végétarisme
  • Psychologie sociale
  • Résistance au changement
Citation (ISO format)
FATIO, Sandra Agnes. Durabilité de l’alimentation: pour la santé humaine et planétaire. Projet de sensibilisation dans un restaurant d’entreprise. 2018
Main files (1)
Working paper
accessLevelPublic
Identifiers
  • PID : unige:111761
583views
210downloads

Technical informations

Creation12/02/2018 4:59:00 PM
First validation12/02/2018 4:59:00 PM
Update time03/15/2023 3:08:17 PM
Status update03/15/2023 3:08:16 PM
Last indexation01/17/2024 4:20:48 AM
All rights reserved by Archive ouverte UNIGE and the University of GenevaunigeBlack