UNIGE document Doctoral Thesis
previous document  unige:22612  next document
add to browser collection
Title

Engagement et identité : les militants antifascistes des organisations Freies Deutschland de l’exil à l’Ouest (Belgique, France, Suisse) à la RDA des années 1970 (1943-1975)

Author
Director
Defense Thèse de doctorat : Univ. Genève, 2012 - L. 756 - 2012/06/18
Abstract Les exilés allemands en Europe de l’Ouest ont cherché à poursuivre leur engagement contre le régime qui les a poussé à fuir leur pays de diverses manières. En 1943, une partie d’entre eux ont fondé les organisations Freies Deutschland en Belgique, en France et en Suisse. Cette thèse analyse les modalités de leur engagement militant et les conditions de sa perpétuation entre la Seconde Guerre mondiale et l’après guerre en RDA. Elle pose également la question de l’identité de ces militants et de sa reconfiguration au fil du temps. La majorité d’entre eux étant communistes, ils ont suivi l’exemple de leurs dirigeants réfugiés à Moscou qui ont créé le Nationalkomitee "Freies Deutschland". A leurs débuts, ces trois organisations sont clandestines et poursuivent une lutte multiforme contre le régime nazi façonnée par les possibilités d’action offertes par leur espace d’exil. A l’approche de la fin de la guerre, les Freies Deutschland accèdent à la légalité et reconfigurent leurs activités et leurs objectifs en fonction de cette nouvelle situation. Elles tentent de rassembler les Allemands antinazis, de les préparer au retour en Allemagne et à la reconstruction du pays. Leurs militants cherchent à faire de l’exil une ressource en mobilisant des acteurs et du matériel puisé dans les trois pays. Enfin la troisième partie de la thèse analyse l’héritage politique de ces organisations en RDA. Après les purges de la fin des années 1940 aux années 1950, qui ont mis en cause les exilés en Europe de l’Ouest pendant la guerre, les anciens membres de ces organisations sont sollicités par le régime est-allemand pour raconter leur expérience pendant la guerre et l’exil. Le Parti Socialiste Unifié de RDA (SED) leur demande ainsi de contribuer au renouvellement du discours officiel sur l’antifascisme sur lequel il fonde sa légitimité. Ils sont invités à rédiger leurs Mémoires et à prendre la parole publiquement. Cette occasion leur permet de réhabiliter leur biographie et leur capital politique qui avaient été saccagés lors des purges. Ils entrent ainsi dans une sorte de musée des héros vivants et deviennent les gardiens de la tradition du parti. La thèse examine ces reconfigurations d’identité et d’engagement politiques en mettant un accent sur le parcours des acteurs. La base de donnée biographique permet de suivre des parcours militants et de saisir les acteurs sur une moyenne durée. Le genre est utilisé comme catégorie d’analyse permettant d’examiner les modalités de l’engagement politique des femmes et leur place dans l’action militante.
Keywords ExilMilitantismeAntifascismeSeconde Guerre mondialeAllemandRDAAntinazisGenreCommunismeHéritageHistoire sociale
Identifiers
URN: urn:nbn:ch:unige-226123
Note Thèse en cotutelle avec l'École Normale Supérieure de Cachan
Full text
Thesis (2 MB) - public document Free access
Structures
Citation
(ISO format)
HEINIGER, Alix. Engagement et identité : les militants antifascistes des organisations Freies Deutschland de l’exil à l’Ouest (Belgique, France, Suisse) à la RDA des années 1970 (1943-1975). Université de Genève. Thèse, 2012. https://archive-ouverte.unige.ch/unige:22612

461 hits

1 download

Update

Deposited on : 2012-08-27

Export document
Format :
Citation style :