UNIGE document Scientific Article
previous document  unige:111389  next document
add to browser collection
Title

Étude de 30 crânes roumains provenant de Moldavie

Author
Pittard, Eugène
Published in Revue de l'Ecole d'anthropologie de Paris. 1903, vol. 13, no. 11, p. 369-381
Abstract Des conclusions définitives ne peuvent pas être formulées avec des documents si peu nombreux. Nous pouvons résumer les résultats de cette étude à deux points de vue: 1° comme expression - peut-être provisoire - du crâne moldave; 2° à titre comparatif avec la série de Cocosu. Sur le premier point: Les crânes moldaves ont un indice céphalique moyen qui indique la sous-brachycéphalie. Les formes dolichocéphales et sous-dolichocéphales sont rares. Le crâne moldave est élevé (diamètre basio-bregmatique), un des plus élevés que fournissent les séries brachycéphales de l'Europe (Valais, Grisons, etc.). L'écaille frontale est également bien développée. Par leur indice facial no 2 les crânes moldaves sont leptoprosopes. Par leur indice orbitaire ils sont mégasèmes. Le développement de l'orbite en hauteur parait lié au développement en hauteur du crâne (diamètre B.B.). Les crânes moldaves sont placés par leur indice nasal moyen parmi les mésorhiniens. Mais cette mésorhinie n'est qu'apparente. En effet, dans les détails, les leptorhiniens sont les plus nombreux. Dans la courbe médiane antéro-postérieure le segment pariétal est plus grand que le segment frontal. Comparés à d'autres séries brachycéphales les crânes moldaves ont une courbe occipitale totale élevée. La capacité crânienne approchée est de l'610 cc. Sur le second point: la brachycéphalie des crânes roumains provenant de Moldavie parait être plus grande que celle des orânes provenant de Cocosu (indice 82,39 d'un côté et 80,62 de l'autre). La proportion des brachycéphales et sous-brachycéphales (76,7%) est plus grande chez les crânes moldaves que chez les crânes de Cocosu (62,8%). La rareté des formes dolichocéphales ou sous-dolichocéphales est plus grande chez les crânes moldaves (6,7% d'un côté et 28,2% de l'autre). En résumant ces indications et celles qui proviennent d'autres comparaisons faites au cours de notre travail, on peut dire que le crâne moldave paraît être plus souvent brachycéphale que le crâne valaque, et - ce qui n'est pas la même chose - que sa brachycéphalie est plus accentuée. La hauteur du crâne est plus grande (B.B.) dans les crânes moldaves que dans les autres crânes roumains. Les deux diamètres du frontal sont plus développés chez les crânes moldaves. Peut-être ces plus grands diamètres sont-ils dus à une plus forte brachycéphalie. La courbe médiane antéro-postérieure est plus grande dans les crânes moldaves que dans ceux de Cocosu. Son segment pariétal, à l'inverse de celui mesuré sur les crânes de Cocosu, est plus grand que le segment frontal. Le chiffre de la courbe sus-auriculaire et celui de la courbe horizontale totale sont plus élevés chez les crânes moldaves. Ces crânes ont aussi une plus grande capacité (approchée).
Keywords Anthropologie physiqueCraniologieRoumanieMoldavie
Full text
Structures
Citation
(ISO format)
PITTARD, Eugène. Étude de 30 crânes roumains provenant de Moldavie. In: Revue de l'Ecole d'anthropologie de Paris, 1903, vol. 13, n° 11, p. 369-381. https://archive-ouverte.unige.ch/unige:111389

27 hits

1 download

Update

Deposited on : 2018-11-23

Export document
Format :
Citation style :