UNIGE document Scientific Article
previous document  unige:109325  next document
add to browser collection
Title

L'indice céphalique chez 837 Tsiganes (hommes) de la péninsule des Balkans: influence de la taille sur l'indice céphalique

Author
Pittard, Eugène
Published in Anthropologie. 1904, vol. 15, p. 333-349
Description P. 334-349
Abstract L'indice céphalique moyen de 837 Tsiganes (hommes) de la péninsule des Balkans est 78,25. Il indique la sous-dolichocéphalie. Mais celle-ci n'est pas l'image réelle de la forme céphalique des Tsiganes. Ceux-ci sont en grande majorité hyperdolichocéphales et dolichocéphales vrais; l'élévation à 78,25 du chiffre de l'indice moyen est due à la présence d'une certaine quantité de brachycéphales. Dans l'ensemble de la série ci-dessus, les crânes dolichocéphales (hyperdolichocéphales, dolichocéphales et sous-dolichocéphales) sont représentés dans la proportion de 71,19%. La proportion des crânes brachycéphales (hyperbrachycéphales, brachycéphales et sous-brachycéphales) n'est que de 11,94%. Selon les qualificatifs nationalistes qu'ils possèdent, les Tsiganes de la péninsule des Balkans présentent des proportions différentes des diverses formes céphaliques. Ainsi, les Tsiganes roumains ont 68% de dolichocéphales et 15% de brachycéphales; les Tsiganes turcs, près de 74% de dolichocéphales et 9% de brachycéphales; les Tsiganes bulgares plus de 78% de dolichocéphales et 6% environ de brachycéphales. Ces proportions différentes sont évidemment dues à des mélanges avec d'autres groupes ethniques au milieu desquels vivent les Tsiganes. L'introduction du sang roumain parmi les Tsiganes dits roumains a dû augmenter la proportion des brachycéphales. Ce caractère de brachycéphalie est inhérent à la majorité du peuple habitant les anciennes principautés danubiennes. Ce mélange est d'ailleurs facilité par la fixation au sol, l'obligation du service militaire, l'adoption du christianisme, etc. Les mêmes causes ont produit les mêmes effets sur les Tsiganes de Transylvanie. Lorsqu'on met en parallèle les chiffres de l'indice céphalique et ceux de la taille chez les Tsiganes, on constate que, dans ce groupe humain dolichocéphale, la valeur de l'indice céphalique s'abaisse, au fur et à mesure que la taille s'élève. Cette constatation est d'une réelle importance au point de vue morphologique. Sans que nous cherchions pour le moment à l'interpréter dans ses détails (nous attendons pour le faire, d'être en face de la série féminine que nous étudierons plus tard, ce résultat peut être exprimé sous la forme que voici: dans un groupe humain relativement pur, et de forme céphalique dolichocéphale, il existe une corrélation entre la forme de l'ovoïde crânien et la taille. Au fur et à mesure que la stature s'accroît, l'indice céphalique diminue. Les individus de grande taille sont plus dolichocéphales que les individus de petite taille. Cette dolichocéphalie plus accentuée des individus les plus grands provient d'une augmentation relative du diamètre A.P. Cette constatation est faite sur une série composée exclusivement d'hommes. Elle serait à vérifier sur d'autres groupes ethniques qui seraient de mème composition et aussi relativement purs.
Keywords AnthropométrieTsiganesHommesBalkans
Full text
Structures
Citation
(ISO format)
PITTARD, Eugène. L'indice céphalique chez 837 Tsiganes (hommes) de la péninsule des Balkans: influence de la taille sur l'indice céphalique. In: L'anthropologie, 1904, vol. 15, p. 333-349. https://archive-ouverte.unige.ch/unige:109325

175 hits

13 downloads

Update

Deposited on : 2018-10-18

Export document
Format :
Citation style :