UNIGE document Master
previous document  unige:16459  next document
add to browser collection
Title

Transferts des unités de soins aux soins intensifs en raison dʼun effet indésirable médicamenteux : étude des interactions médicamenteuses

Author
Director
Denomination Maitrise universitaire en pharmacie
Defense Maîtrise : Univ. Genève, 2011
Abstract Les effets indésirables médicamenteux (EIMs) sont des événements qui apparaissent fréquemment chez les patients hospitalisés, et qui peuvent également être à l’origine de l’admission de ces patients aux soins intensifs. Un certain nombre de facteurs de risque sont identifiés comme étant des éléments favorisant la survenue des EIMs. Le but de ce travail consiste à étudier la fréquence des interactions médicamenteuses et d’observer si elles constituent un facteur de risque de développer un EIM. A partir des données de l’étude sur le rôle du médicament dans les motifs de transfert de l’étage aux soins intensifs, une analyse centrée sur les interactions est réalisée. Les traitements médicamenteux de chacun des patients inclus dans l’étude sont analysés en recherchant les interactions médicamenteuses au moyen du logiciel Lexi-Interact™ Online. Le nombre de patients qui présentaient une interaction médicamenteuse, le nombre d’interactions par patient et le type d’interactions ont été spécifiquement relevés. Les différences entre les groupes ont été évaluées en appliquant deux tests paramétriques ; le test de t de Student et le test du Khi carré. Pour les variables présentant une distribution asymétrique, le test non paramétrique de Mann-Whitney est réalisé. Le groupe admis pour un EIM est comparable au groupe contrôle hormis le nombre moyen de médicaments administrés et la survenue d’une insuffisance rénale aiguë. Il ressort aussi, que le nombre de patients avec au moins une interaction est plus élevé dans le groupe de patients avec EIMs sans toutefois démontrer une différence significative entre les groupes (p=0.14). Les patients admis avec un EIM présentent en moyenne 11.8 ± 8.9 interactions par patient alors que les patients admis sans EIMs sont sujets à une moyenne de 8.3 ± 7.0 interactions (p = 0.0012). Les interactions pharmacodynamiques et les interactions de catégorie de risque C, c’est-à-dire qui nécessitent un suivi du patient, se manifestent le plus souvent. Parmi les interactions pharmacocinétiques, les interactions se situent essentiellement au niveau des CYP3A4, 2C9 et 1A2. Les interactions médicamenteuses sont l’un des facteurs de risque qui participe au transfert des patients des unités de soins aux soins intensifs, en association avec la polymédication et l’insuffisance rénale aiguë. Le poids de ces interactions comme facteur de risque est encore à déterminer.
Stable URL http://archive-ouverte.unige.ch/unige:16459
Full text
Master (1.7 MB) - document accessible for UNIGE members only Limited access to UNIGE
Structures

209 hits

5 downloads

Update

Deposited on : 2011-06-28

Export document
Format :
Citation style :