UNIGE document Maîtrise d'études avancées
previous document  unige:12602  next document
add to browser collection
Title

L'évaluation des schémas de la victime, activés dans son vécu de violences conjugales: évaluations et analyses selon la théorie de J-E Young

Author
Tagini, Eugénie
Director
Denomination MAS Evaluation et intervention psychologie
Defense Maîtrise d'études avancées : Univ. Genève, 2010
Abstract Dans le parcours des personnes victimes de violences conjugales, les thérapeutes observent des répétitions de scénarios de vie en lien avec la violence. Le sentiment de vulnérabilité, d'incompréhension et d'impuissance, souvent rapportés par ces femmes, amenèrent les auteurs de ce travail à se pencher sur une approche qui lie structuration cognitive des schémas et histoire vécue. Selon J-E Young (1990, 1999, 2006), les schémas précoces inadaptés (SPI), originaires de la période infantile et complexifiés tout au long de la vie, seraient des thèmes importants et envahissants pour la vie de chaque individu. Les schémas précoces inadaptés seraient l'empreinte abstraite des caractéristiques spécifiques d'évènements négatifs et issus du vécu de l'enfant. Ils se construiraient à travers l'appréhension, la compréhension, la perception psycho-sensorielle d'évènements marquants soutenus par les attitudes récurrentes des figures d'attachement. L'enfant développerait donc à partir de son tempérament émotionnel (composante innée), du contexte et des satisfactions et insatisfactions de ses besoins affectifs fondamentaux comblés ou non par les attitudes parentales (autrui/figures d'attachement), une grande partie de ses cognitions sociales, relationnelles et émotionnelles. J-E Young observe que l'interaction entre les besoins de l'enfant et les attitudes parentales, adéquates ou non, serait à l'origine de la mise en place des schémas. Leurs styles d'adaptation dysfonctionnels et leurs modes, mis en place durant l'enfance, pourraient ressurgir plus tard lors d'épisodes de vie, souvent en lien avec une dynamique relationnelle, déstabilisante ou fragilisante. Après une phase dite de diagnostic, la mission du thérapeute, en phase de changement, est d'aider la victime, à mettre des mots sur l'expérience émotionnelle des schémas réactivés par la violence subie, de prendre conscience de son fonctionnement et enfin de récupérer la maîtrise de soi. Un travail, relativement bref, qui vise à modifier les schémas et leurs modes, à combler partiellement les besoins affectifs du patient par une technique de re-maternage et enfin à instaurer un style d'adaptation des schémas fonctionnels.
Stable URL http://archive-ouverte.unige.ch/unige:12602
Full text
Master (9.7 MB) - private document Private access
Structures
Research group Unité de psychologie clinique interculturelle et interpersonnelle (UPCII)

286 hits

0 download

Update

Deposited on : 2010-11-24

Export document
Format :
Citation style :