UNIGE document Maîtrise d'études avancées
previous document  unige:11937  next document
add to browser collection
Title

Evaluation de la mémoire épisodique verbale et non verbale à l'aide d'un test de reconnaissance d'items récurrents dans le cadre du bilan préchirurgical de l'épilepsie : Le cas de trois patients épileptiques pharmacorésistants

Author
Liuzzi, Laurence
Director
Denomination MAS en neuropsychologie clinique
Defense Maîtrise d'études avancées : Univ. Genève, 2010
Abstract L'épilepsie du lobe temporal médian (LTM) pharmacorésistante est caractérisée par la persistance de crises, des effets secondaires aux traitements médicamenteux se répercutant sur la qualité de vie et, à long terme, par des risques de scléroses des structures sous-corticales. Ainsi, l'évaluation de la latéralisation du foyer épileptique et les effets des crises sur le fonctionnement cognitif doit être effectuée en combinant différentes techniques (imagerie et enregistrement cérébral, bilans neuropsychologiques) lors d'une hospitalisation préchirurgicale. Ce présent travail a pour objectif de créer plusieurs versions d'un test de reconnaissance d'items récurrents permettant d'évaluer, en une seule fois, les capacités de la mémoire épisodique en modalité verbale (mots) et non verbale (visages et scènes visuelles complexes). L'administration de ce test à un échantillon de 20 sujets contrôle a permis la création d'un étalonnage, ainsi que la vérification de l'équivalence des deux versions et des types de stimuli à l'aide d'analyse de la variance à mesures répétées. Nous avons administré notre test à deux patients hospitalisés dans l'Unité d'Evaluation préchirurgicale de l'Epilepsie des HUG lors de bilans préchirurgicaux, ainsi qu'à une troisième patiente lors d'un bilan d'évolution post-lobectomie droite. Les analyses statistiques (ANOVA 2*3) effectuées sur la mesure de détection d' et le critère décisionnel cnormé issus des résultats du groupe contrôle ont révélé une différence dans la reconnaissance des stimuli avec un avantage pour la discrimination des scènes visuelles complexes, et ceci uniquement dans la phase de reconnaissance différée (RD) de la version A du test. Un critère décisionnel plus sévère pour les mots dans les deux versions du test de la phase de reconnaissance d'items récurrents (RIR) a également été montré. Pour le patient E.M., nous relevons notamment, une dissociation en défaveur des visages en phase de reconnaissance différée expliquée par des difficultés de traitement des visages. En ce qui concerne P.C., nous observons en particulier un désavantage pour les mots dans la phase de reconnaissance différée, non compatible avec les données de l'imagerie cérébrale, mais pouvant être en partie lié à des difficultés langagières. Quant à K. C., évaluée un an après une polectomie temporale droite, elle montre, entre autres, des résultats en défaveur des visages en phase de reconnaissance d'items récurents (RIR) et en phase de reconnaissance différée (RD) compatibles avec l'imagerie mais auxquels une participation de facteurs attentionnels et thymiques ne peut être exclue.
Stable URL http://archive-ouverte.unige.ch/unige:11937
Full text
Master (1 MB) - private document Private access
Structures

1121 hits

0 download

Update

Deposited on : 2010-09-28

Export document
Format :
Citation style :